Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

Cela risque d'en laisser pantois plus d'un mais, à l'heure actuelle, dans les pays développés, un homme produit deux fois moins de spermatozoïdes que son grand-père au même âge ! En l'espace de 20 ans, les parisiens ont perdu 40 % de leur spermatozoïdes ! En 2008, une étude espagnole a mis en évidence que plus d'un jeune Espagnol sur deux présentait une concentration de spermatozoïdes trop faible, d'où un risque d'hypofertilité, voire d'infertilité.

 

De plus, le problème n'est pas uniquement quantitatif mais également qualitatif. En l'occurrence, la qualité se vérifie notamment par le degré de motilité des spermatozoïdes (motilité = faculté de se mouvoir). Or cette motilité a elle aussi tendance à diminuer, ce qui s'avère très préjudiciable dans la mesure où pour être efficaces, les spermatozoïdes doivent être nombreux mais également suffisamment mobiles.

 

 

 

 

Sur le plan nutritionnel, un certain nombre de substances peuvent améliorer la spermatogenèse et la qualité du sperme. On pense en particulier aux acides gras oméga 3, à la vitamine E, à la coenzyme Q10, à la carnitine, au zinc, au sélénium, à l'acide folique, à l'astaxanthine et au pygenol (ou pycnogenol). Il semble bien qu'il faille maintenant ajouter à cette liste... la vitamine D !

 

Déjà présent dans la plupart des tissus, le récepteur à la vitamine D (VDR) l'est aussi dans le sperme, ce qui laisse supposer que la vitamine D tient un certain rôle dans la fonction spermatique. Chez des rongeurs, on a observé qu'une déficience en vitamine D se traduisait par un abaissement de la concentration et de la motilité des spermatozoïdes, et par une diminution de la fertilité. Il en a été de même chez des souris avec VDR non opérationnel.

 

Une étude récente confirme que cette relation vitamine D/spermatozoïdes existe aussi bel et bien chez l'Homme. Les chercheurs ont étudié la qualité du sperme et mesuré les niveaux sanguins de vitamine D chez 300 hommes. Premier enseignement : près de la moitié d'entre eux souffraient d'une déficience marquée en vitamine D (< 20 ng/ml). Second enseignement : il existe effectivement une corrélation entre taux sanguin de vitamine D et motilité des spermatozoïdes. Comparé aux sujets avec statut adéquat en vitamine D (> 30 ng/ml), ceux carencés en vitamine D (< 10 ng/ml) avaient un sperme de qualité moindre, ceci se vérifiant tant au niveau de la motilité que de la morphologie des spermatozoïdes. Dans une étude publiée l'année précédente, la même équipe de chercheurs suggérait l'importance de la vitamine D dans la spermatogenèse et la maturation des spermatozoïdes. Du coup, on se dit que notre mode de vie « anti-UVB » ne peut que nuire à la santé des spermatozoïdes !

 

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Le blog de vitamined.over-blog.com
  • : La déficience en vitamine D est désormais reconnue comme une véritable pandémie. L'objectif de ce blog est de sensibiliser les internautes à l'importance de la vitamine D dans la prévention de très nombreux problèmes de santé, dont l'ostéoporose, les fractures, les cancers, les maladies cardio-vasculaires, auto-immunes et infectieuses (notamment grippe). En prime, tout un tas d'infos et conseils pratiques (groupes à risque, interprétation du test sanguin, supplémentation...).
  • Contact

Recherche

Liens