Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

L'hépatite C est une maladie très répandue puisqu'il existe 150 à 200 millions de porteurs chroniques du virus dans le monde. En France, 500 à 700 000 personnes seraient contaminées, le problème étant que 40 à 50 % d'entre elles l'ignorent encore ! La destruction graduelle des tissus hépatiques par le virus peut conduire, à terme, à la cirrhose et au cancer du foie.

 

La souche de virus fréquemment rencontrée en France (génotype 1) s'avérant particulièrement redoutable, le traitement antiviral classique produit des résultats plutôt mitigés (moins d'un patient sur deux en rémission prolongée), sans parler des nombreux effets secondaires qui viennent affecter la qualité de vie. Beaucoup de patients supportent difficilement ce traitement, au point que 10 % d'entre eux finissent par l'arrêter prématurément.

 

D'après une étude israélienne dont les résultats préléminaires ont été communiqués en 2009, à Boston, au cours du congrès de l'Association américaine pour l'étude des maladies du foie, la vitamine D semble présenter un vif intérêt dans le traitement de l'hépatite C. 72 patients ont été divisés en deux groupes, l'un se limitant à suivre, pendant 48 semaines, la bithérapie standard (interféron pégylé + ribavirine), et l'autre, combinant bithérapie et supplémentation en vitamine D (2000 UI par jour). Au bout de 12 semaines de traitement, le virus était devenu intectable chez 94 % des patients du groupe vitamine D, contre 48 % dans le groupe bithérapie seule. De plus, au départ de l'étude, le groupe supplémenté en vitamine D avait un plus fort taux moyen de charge virale. Ces résultats prometteurs semblent attester de la capacité de la vitamine D à optimiser le traitement classique de l'hépatite C.

 

 

Mise à jour septembre 2011 :

    

> Pour la première fois, une étude apporte des preuves biologiques de l'efficacité de la vitamine D contre le virus de l'hépatite C. Dans leur laboratoire, les chercheurs ont vérifié sur des lignées cellulaires hépatiques la capacité de la vitamine D à inhiber la production du virus responsable de l'infection. Il faut savoir que les cellules hépatiques disposent de l'enzyme assurant la conversion de la forme inactive de vitamine D (calcidiol) en sa forme active (calcitriol). Or les travaux de ces chercheurs révèlent que le calcitriol agit sur la voie interféron. Il existe manifestement une synergie d'action vitamine D-interféron, se traduisant, au final, par l'inhibition de la production virale. Les résultats de cette étude font donc apparaître que la vitamine D, par son action favorable sur la voie interféron, est effectivement en mesure d'optimiser le traitement classique de l'hépatite C (Gal-Tanamy, Hepatology, Jul 2011).

 

 

Mise à jour septembre 2012 :

 

> L'étude israélienne mentionnée plus haut a finalement été publiée fin 2011. À retenir que 24 semaines après la fin du traitement, le virus continuait à demeurer indétectable chez 86 % des patients du groupe vitamine D, contre 42 % dans le groupe bithérapie seule ! Cette différence notable entre les deux groupes est d'autant plus significative du rôle décisif joué par la vitamine D, que les résultats obtenus par le groupe bithérapie seule se sont révélés conformes aux attentes (Abu-Mouch, World J Gastro Enterol, 2011 Dec).

 

 

 

> La forme circulante de vitamine D (calcidiol), celle que l'on mesure dans le sang et que l'on considérait jusque-là comme relativement « inactive », doit désormais être regardée comme un potentiel agent thérapeutique anti-hépatite C ! En effet, des recherches expérimentales ont mis en évidence que cette forme de vitamine D était capable de neutraliser le virus entre le moment où celui-ci pénètre dans la cellule et s'y réplique (Matsumura, Hepatology, 2012 Apr).

 

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Le blog de vitamined.over-blog.com
  • : La déficience en vitamine D est désormais reconnue comme une véritable pandémie. L'objectif de ce blog est de sensibiliser les internautes à l'importance de la vitamine D dans la prévention de très nombreux problèmes de santé, dont l'ostéoporose, les fractures, les cancers, les maladies cardio-vasculaires, auto-immunes et infectieuses (notamment grippe). En prime, tout un tas d'infos et conseils pratiques (groupes à risque, interprétation du test sanguin, supplémentation...).
  • Contact

Recherche

Liens